Le laboratoire L3i, a été créé en 1993, dans une université de la Rochelle naissante mais disposant d’une composante plus ancienne puisque l’IUT de la Rochelle a été créé en 1978 (et son département informatique en 1983). Les premiers travaux de recherche portaient sur des problématiques d'imagerie industrielle. Depuis 1997, le laboratoire possède le label d’équipe d’accueil du MESR (EA 2118), et n’a cessé de grandir au rythme des recrutements pour arriver en 2011 à 84 chercheurs dont 34 permanents travaillant sur les domaines de l’Informatique, l’Image et l’Interaction.
Le laboratoire L3i représente la seule et unique composante de recherche du domaine STIC sur l’Université de la Rochelle associant très efficacement les chercheurs de l’IUT de la Rochelle,  et du Pôle Sciences en informatique puisque la quasi-totalité des enseignants-chercheurs en Informatique et en Génie informatique de l’université de la Rochelle se retrouvent au sein du l3I.
Dans le cadre de la politique quadriennale (désormais quinquennale) de l’université de la Rochelle, le L3i vient d’être évalué A par l’AERES.

Le laboratoire se structure autour deux axes thématiques scientifiques dont le but est de consolider les fondamentaux du laboratoire par des dynamiques de synergie scientifique au sein de chaque contour, mais également en interaction :

  •     Axe thématique scientifique « Images, Documents, Données Complexes » (IDDC) : L’objectif de cet axe est de fournir des systèmes et des méthodes permettant l’aide à l’expertise dans des systèmes manipulant des données de niveau de structuration variable, c’est-à-dire utiliser de manière complémentaire des méthodes d’extraction de connaissances à partir de sources hétérogènes, de données complexes et des méthodes de modélisation de la sémantique.
  •     Axe thématique scientifique « Systèmes interactifs et image : modèles, architecture » (S2I) : Cet axe s’intéresse au développement de systèmes adaptatifs envisagés du point de vue de 2 types de boucles d’interactions : l’interaction concepteur/système auteur d’une part (boucle lente) ; l’interaction système/utilisateur, d’autre part (boucle rapide). Dans ce cadre, nous cherchons à appréhender et orienter l’interaction pour permettre une évolution adaptative du déroulement de l’application : en fonction du comportement de l’utilisateur ; en respectant les consignes du concepteur ; en tenant compte de l’état des ressources.


D’autre part, pour une lisibilité de son activité au niveau local, régional, national voire international, le laboratoire a défini deux axes stratégiques dont l’objectif est de concentrer les actions scientifiques vers ces cibles :

  •     Axe stratégique « Pertinence Contenu-Interaction » : Il s’agit pour cet axe de mettre en synergie les compétences établies dans les axes thématiques du laboratoire afin d’aborder la problématique de la valorisation des contenus numériques sous un angle systémique. Cela revient, en particulier, à une exploitation croisée des compétences en matière de serious games, d’indexation par le contenu, et de représentation de connaissances.
  •     Axe stratégique lié à « l’environnement » : Cet axe met directement en synergie les thématiques scientifiques du laboratoire et un domaine d’investigation qui est prioritaire pour l’établissement. Globalement, notre objectif scientifique est, d’une part, d’intégrer des données très hétérogènes (documents papier, images, données spatio-temporelles géoréférencées) dans une modalité exploitable pour un usage donné, et d’autre part, de mettre en œuvre un dispositif numérique couvrant à la fois la maîtrise des observations (données) et la modélisation et la simulation de système (interactivité) dans le cadre spécifique lié aux problématiques de l’environnement.


Dans le cadre du projet Tourinflux, le laboratoire L3i contribue à la question de la représentation des informations temporelles et interviendra sur la question des méthodes d’évaluation Big Data, qui pourront donner lieu à publications scientifiques et portera la plateforme touristique mise à disposition dans le cadre de ce projet, vers une architecture orientée Big Data (Hadoop/noSQL).